D’un jour à l’autre

Effeuillage



Cy Jung — Effeuillage

Depuis que j’ai décidé de publier au jour le jour les Feuillets d’un roman en écriture, je vis une expérience assez surprenante, parfois difficile, en tous points réjouissante. J’ignore toujours où cela va mener mon texte mais qu’importe ! je me régale. Je sais bien que je ne devrais pas écrire cela tant il est d’usage de raconter que les travailleurs du texte souffrent dès qu’ils posent les doigts sur le clavier, que l’écriture les torture, que leur seul instant de bonheur correspond à la transformation du manuscrit en livre.
Eh ! bien non, écrire ne me fait pas souffrir. C’est mon travail, un travail qui me procure du plaisir bien qu’il ne soit jamais simple. Il peut me faire passer des moments difficiles quand je dois faire confiance à mon savoir-faire pour porter le texte encore en construction, quand les mots se cherchent pour faire des phrases, quand les idées se bousculent, quand l’intention se dissipe et qu’il est temps de rattraper l’histoire au vol. Il m’arrive de relire dix, vingt, trente fois peut-être le même passage avant de trouver ce qui va lui donner sa substance : un mot en trop, un mot qui manque, un mot qui n’est pas le bon, une phrase trop longue, trop courte, mal placée, une tournure, un rythme, un son, … Et puis le relire le lendemain, le modifier encore. J’aime ça. Et j’aime l’idée de le partager.
La publication quotidienne de ces Feuillets, d’un Tableau de bord où je fais quelques digressions autour de mon travail et de mes intentions, et de Documents divers et variés me permettent de présenter mon écriture dans sa forme la plus brute, la moins « contrôlée », la plus… dépouillée ? J’ignore si mon texte l’est, au moment de la mise en ligne dans les minutes qui suivent la fin de ma séance de travail mais moi, je dois avouer que je me sens alors assez nue, à poil même ! Certains passages ne sont pas vraiment relus, les fautes y sont encore, l’ensemble n’est pas forcément cohérent : et hop ! je vous permets de lire comme je n’ai, finalement, jamais permis à personne.
Privilège ? Je ne sais pas. Je ne mesure pas trop l’intérêt pour vous, internautes, de lire ces Feuillets bruts d’écriture, dans le désordre d’un roman en construction, sans que je n’indique véritablement ce qui change d’un jour à l’autre, là où j’ai travaillé le texte ou pas. Je constate pourtant, grâce aux statistiques auxquelles j’ai accès, que les visites montent doucement en puissance et surtout, que mes visiteurs sont très fidèles. Cela me touche et ces Feuillets sont une expérience qui m’enrichit au-delà de ce que j’imaginais quand j’ai conçu cet objet littéraire non codifié.
L’outil que je me suis donné en créant ce site — encore merci, Pierre ! — est aussi un moyen de sortir de l’état de solitude qui est le lot du travail d’écriture. À travers le Tableau de bord, je m’adresse à vous et, s’il ne vous est pas possible de me répondre directement — la gestion des commentaires est chose complexe —, le fait d’écrire à destination avec publication dans les heures qui suivent me permet de partager questions, émotions, victoires, doutes, et de tirer de ce partage secret une motivation supplémentaire qui me permet d’avancer plus vite dans mon texte. Je m’amuse également à vous proposer d’écouter la musique que j’écoute ou que je mets dans le roman. Je vous livre le Plan ou des Documents qui me paraissent pouvoir vous intéresser. C’est magique ! Ce site donne à mon métier d’écrire une dimension d’échange qui décuple mon plaisir ! Les jours où je suis à la peine, votre présence que je soupçonne m’est un véritable secours. Et Les jours d’euphorie, je suis moins seule à me réjouir des splendeurs de l’écriture.
En fin de compte, c’est vous que je veux remercier, vous internautes anonymes qui me lirez ou non mais avec qui le Net me relie… me relit. Merci. Et, surtout, n’hésitez pas à m’écrire pour me faire part de vos impressions ; je vous lirai à mon tour avec attention.

Cy Jung — 22 février 2011.

Note : Et n’oubliez pas de télécharger Piste rose ; c’est un cadeau, gratuit.

Lire les éditos précédents.

Information publiée le mardi 22 février 2011.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.