LexCy(que)

Se souvenir de se rappeler jouir



Cy Jung — LexCy(que) : Se souvenir de se rappeler jouir

Ma phrase [*] : Le pluriel à « bains » est pour moi acquis depuis Once upon a poulette, cette correction ayant valu un échange avec Pascale dont je ne me souviens malheureusement pas les termes (…).

Hélène me signale ma construction de « se souvenir » qui d’ordinaire est transitif indirect « se souvenir de », m’indiquant par ailleurs que « se rappeler », lui, serait transitif direct. Il est vrai que ma phrase à quelque chose d’étrange. Je me penche donc sur la question.

Antidote, d’abord, est catégorique : « se souvenir » est bien transitif indirect (« se souvenir de quelque chose ou de quelqu’un ») et « se rappeler » transitif direct (« se rappeler quelque chose ou quelqu’un »), à cette nuance que dans son article sur « se souvenir », Antidote écrit : « Se souvenir de : avoir à l’esprit (un évènement ou une personne appartenant au passé), se rappeler de »… Étrange.
Le Petit Robert nous donne les explications qui s’imposent : après avoir posé que « se rappeler » est transitif direct, il indique que « la construction se rappeler de… est apparue à la fin du XVIIIe siècle. Bien que très répandue, elle est considérée par les grammairiens comme incorrecte, sauf avec un pronom personnel complément. représentant un être humain. »
Le Grevisse [§685 & 682] est encore plus concret : il indique que « se rappeler » (transitif direct) ne peut pas se construire comme transitif direct avec « me », « te », « vous », « nous ». On ne peut en effet écrire « Je te me rappelle » ; on écrira donc « Je me rappelle de toi » [**] Imparable. Il indique également « rappeler de + infinitif » comme vieilli mais correct.
Pour « se souvenir », Grevisse indique que « se souvenir + infinitif » voit souvent la préposition « de » tomber par mimétisme avec « se rappeler », mais indique bien « se souvenir de + infinitif » comme correct. Quant à « se souvenir de quelque chose ou de quelqu’un », c’est également un mimétisme avec « se rappeler » qui porte à une construction en transitif direct, « surtout à l’oral », précise Grevisse.

Je m’en vais donc corriger ma phrase et elle devient : Le pluriel à « bains » est pour moi acquis depuis Once upon a poulette, cette correction ayant valu un échange avec Pascale dont je ne me souviens malheureusement pas des termes (…).
Merci à Hélène de m’avoir signalé cette erreur. Je viens de découvrir le monde des « concurrences entre constructions directes et indirectes » [§685 sur Grevissse] et vous en livre une dernière, pour le plaisir : le verbe « jouir » est utilisé par certains auteurs modernes « avec un objet direct ou au passif » avec cet exemple de Roland Barthes « Que jouissons-nous du texte ? » (Le plaisir du texte, 4e p. de couverture).
C’est un truc pour moi, ça, « jouir » avec un objet direct… Si je parodie Barthes, je pourrais écrire « Que jouit-elle de la langue ? » En phrase affirmative, je peux proposer… « Je jouis ta langue au creux de mon sexe »… C’est difficile. J’ai envie de mette une virgule derrière « jouir », comme si « ta langue » n’était pas objet de la jouissance, mais objet qui la permet, ce qui me paraît être le cas.
J’ai en fait du mal à comprendre les constructions proposées par Grevissse, dont la phrase de Barthes. Que demande-t-il ? « ce que nous jouissons du texte » Ma langue n’est donc pas l’objet que je cherche. Ce qui le serait, c’est ce que langue permet de jouir. L’objet équivaut à une vie d’écriture ! J’y travaille.

Note : Un second article du LexCy(que) précise la construction de « se rappeler » : « Se le rappeler s’en souvenir » (13 octobre 2011).


--------------

[*Phrase extraite de « Salle de bain », article du LexCy(que), 17 septembre 2010.

[**Je peux aussi me «  rappeler à toi » mais là, il s’agit plus de te « faire revenir », autre sens, donc.


Information publiée le mardi 5 octobre 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.