La biographie de Cy Jung

Un an de lectures numériques (été 2018 — été 2019)



Cy Jung — Un an de lectures numériques (été 2018 — été 2019)

C’est désormais un marronnier estival (voir ici, et lala), je vous dévoile mes lectures numériques de l’année, « mes lectures » tout court, devrais-je d’ailleurs dire tant lire autrement que sur tablette m’est devenu aujourd’hui impossible. L’âge n’arrange rien à ma déficience visuelle congénitale mais la technologie y pallie. Ouf !

Note (21 août 2019). La plupart de ces livres ont été empruntés à la bibliothèque numérique de la Ville de Paris. Depuis août 2019, l’appli nécessaire à leur lecture sur tablette ne me permet plus de grossir suffisamment les caractères. Une source est tarie en même temps qu’une discrimination est née. Je réfléchis à comment ramener la Ville de Paris sur les voies de l’accessibilité, droit opposable.

Cy Jung — ADN de Yrsa Sigurdardottir Cy Jung — Indésirable de Yrsa Sigurdardottir Cy Jung — L'amant Marguerite Duras Cy Jung — Petite foule de Christine AngotC’est avec quatre romans que commence cette année de lecture. Deux policiers, le très prenant ADN de Yrsa Sigurdardottir puis Indésirable de Yrsa Sigurdardottir dont j’ai adoré la chute. Et deux romans de littérature générale, comme on dit : l’indispensable Amant, de Marguerite Duras et la tout à fait dispensable Petite foule de Christine Angot que je n’ai d’ailleurs pas fini.

Cy Jung — L'assignation, de Tania de Montaigne Cy Jung — collectif Noire n'est pas mon métier Cy Jung — Rebecca Solnit Ces hommes qui m'expliquent la vie Cy Jung — Susan Sontag dans Tout, et rien d'autreAvec la rentrée, les essais et textes de réflexion ont pris la suite. Cela a très bien commencé avec L’assignation, de Tania de Montaigne, un texte incontournable pour qui s’intéresse au racisme et au privilège blanc avec en écho le collectif Noire n’est pas mon métier dont le point de vue n’est pas si différent. Rebecca Solnit est elle moins percutante dans Ces hommes qui m’expliquent la vie mais demeure intéressante contrairement à Susan Sontag dans Tout, et rien d’autre qui s’est malheureusement révélé fort assommant.

Cy Jung — Vagin Tonic de Lili Sohn Cy Jung — Olympe de Gouge À la reine, les droits de la femme, déclaration des droits de la femme et de la citoyenne Cy Jung — Olympe de Gouge Cy Jung — Mona Chollet, {Sorcières} Après une petite récréation réjouissante en mode bédé, Vagin Tonic de Lili Sohn, c’est Olympe de Gouge qui a pris la suite avec À la reine, les droits de la femme, déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ; l’époque change le style mais la revendication est la même. Par contre son L’esclavage des noirs ou l’heureux naufrage s’est révélé illisible. Qu’importe ! Mona Chollet et ses Sorcières ont su faire le lien entre les époques et clore avec plaisir cette séquence féministe.

Cy Jung — Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard Cy Jung — Doggerland d'Élisabeth Filhol Cy Jung — Sarah Watters, Derrière la porte Cy Jung — Beatrice Palmato d'Édith WhartonAvec l’année nouvelle, j’ai enchaîné les romans, avec plus ou moins de bonheur. Côté moins, je range Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard qui m’a fort ennuyée. M’est également tombé des mains Doggerland d’Élisabeth Filhol si didactique que l’histoire s’y perd. Sarah Waters, de son côté, avec Derrière la porte n’a pas su me convaincre en dépit d’un réel désir de découvrir cette incontournable autrice lesbienne. Enfin, j’ai été attirée par Beatrice Palmato d’Édith Wharton mais ne suis vraiment pas rentrée dedans. Ça arrive.

Cy Jung — La malédiction de Gabrielle (Tome 1) - Le fléau de Dieu de Andréa H Japp Cy Jung — Maj Sjöwall et Per Wahlöö Roseanna Cy Jung — Le Jardin Arc-en-ciel de Ito Ogawa Cy Jung — Ito Ogawa, La Papeterie TsubakiCôté plus ou moins, La malédiction de Gabrielle (Tome 1) - Le fléau de Dieu de Andréa H Japp est forcément bien foutu mais sans doute que le sujet ne me passionne pas. J’ai également découvert Maj Sjöwall et Per Wahlöö avec leur premier roman Roseanna, que j’ai trouvé ennuyeux avant de me prendre au jeu. Je range également ici Le Jardin Arc-en-ciel de Ito Ogawa dont j’avais beaucoup aimé La Papeterie Tsubaki lu quelques semaines plus tôt ; ce jardin lesbien est agréable à lire mais il m’est si étranger dans son désir d’ordre hétérosexiste sur fond d’homoparentalité … Je ne me referai pas.

Cy Jung — Qaanaaq de Mo Malo Cy Jung — {Sótt} de Ragnar Jonasson Cy Jung — Virginia Woolf Mrs Dalloway Cy Jung — Suiza de Bénédicte BelpoisCôté plus, je me suis régalée avec deux policiers venus du Nord, Qaanaaq de Mo Malo avant de retrouver l’attachant inspecteur Ari Thór dans Sótt, quatrième de la série de Ragnar Jonasson. Dans un autre registre, la découverte de Virginia Woolf à travers Mrs Dalloway a été des plus agréable ; l’écriture, ça reste l’écriture ! Elle me renvoie directement à l’époustouflant Suiza de Bénédicte Belpois, une écriture du désir absolument incontournable !

Cy Jung — N'BA de Ayé Cissoko Cy Jung — L'hibiscus pourpre de Chimamanda Ngozi Adichie Cy Jung — Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin, d'Émilie Plateau et Tania de MontaigneJ’ajoute dans ces plus le très émouvant N’BA de Ayé Cissoko, L’hibiscus pourpre de l’incontournable Chimamanda Ngozi Adichie dont je suis réellement fan et une bédé, Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin, d’Émilie Plateau et Tania de Montaigne, une histoire méconnue narrée tout en tendresse et activisme.

Cy Jung — Harry Potter à l'école des sorciers de Emily WalckerMon année de lecture numérique se termine avec Harry Potter à l’école des sorciers de Emily Walcker que j’ai lu pour être en phase avec mes élèves judokas. Je me suis un peu ennuyée passé un tiers. Ce n’est pas si étonnant. Et l’été continue avec un texte de réflexion dont je vous parle l’année prochaine.

Information publiée le vendredi 16 août 2019.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.