LexCy(que)

N’avoir d’égal que



Cy Jung — LexCy(que) : N'avoir d'égal que

Ma phrase [*] : Ils la soutenaient avec force, même si cela ne suffisait pas toujours à faire avancer la cause de l’alterconsommation tant la plupart préféraient les procédés modernes de stérilisation qui mettait à la disposition de tous des plats préparés dont l’insipidité n’avait d’égale que la facilité de concoction.

J’ai toujours un problème avec l’accord de « égal » dans l’expression « n’avoir d’égal que » ; est-ce invariable ou dois-je accorder avec le sujet de ‘avoir » ou encore avec ce qui suit « que », ce que j’ai fait ici ? Quand je passe cet extrait à Antidote, il me dit sur « égale » comme sur « égal » : « En contexte négatif, on détermine le nombre du nom égal par le raisonnement suivant : s’il y en avait, y aurait-il un seul égal ou plusieurs  ? » Je ne vois pas bien le rapport. Par contre, si j’écris « d’égal », il me le signale comme « adverbe vieilli ». La solution serait-elle aussi simple ?
Forcément non. Antidote ne propose que « d’égal à égal » comme adverbe et Le Grand Robert me donne un exemple avec un accord au féminin qui peut renvoyer au sujet de « avoir » comme à ce qui suit « que » : « Sa bêtise n’a d’égale que sa méchanceté. » Une remarque de ce vénérable dictionnaire m’en dit un peu plus. Il cite Grevisse [§395] (cela m’évite de sortir le compte-fils) : « lorsque les noms mis en rapport par cette expression sont de genres différents, l’accord de l’adjectif substantivé égal se fait avec le premier nom ou avec le second : l’usage est indécis. »
Voilà qui est rassurant, les deux accords sont donc valables. Reste à me décider pour l’un d’entre eux.

En fouillant la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française, je tombe sur un article « N’avoir d’égal que », ici. Celui-ci détaille les accords possibles : l’invariabilité, ce qui revient à considérer « N’avoir d’égal que » comme une locution adverbiale ; l’accord sur le sujet du verbe « avoir », « comme un équivalent de est égal à » ; et enfin l’accord sur le nom qui suit la locution, ce que j’ai spontanément fait.
L’article précise enfin que l’invariabilité est la plus courante, notamment au pluriel. On écrit peu « n’avoir d’égaux que » ; ce qui me semble une évidence et me porte à pencher vers l’invariabilité, et à corriger ma phrase : « Ils la soutenaient avec force, même si cela ne suffisait pas toujours à faire avancer la cause de l’alterconsommation tant la plupart préféraient les procédés modernes de stérilisation qui mettait à la disposition de tous des plats préparés dont l’insipidité n’avait d’égal que la facilité de concoction. »

Note. Ce LexCy(que) comprend également un article sur l’adjectif variable « sans égal », .


--------------

[*Phrase extraite de Célius, mousquetaire de la reine, épisode 2, 29 juin 2018.


Information publiée le vendredi 23 novembre 2018.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.