La biographie de Cy Jung

Cy Jung sur Libradio — Partie 2



Cy Jung — Cy Jung sur Libradio — Partie 2

Le 23 juin 2018, Cy Jung était l’invitée de Libradio « Web Radio d’inspiration libertaire. Contre-cultures et contre-information. Des chroniques, des rubriques et des entretiens. » (ici). Les podcasts sont disponibles en deux parties , et lala.
Un grand merci à William pour l’invitation et ses questions de grande qualité.

Voici le détail et quelques extraits de la deuxième partie. La première est ici.

Partie 2.

Reprise à la volée de la conversation de fin de première partie sur les moyens de résister. Cy Jung fait le détail de ses actions dont le trait commun est de diffuser le savoir et la connaissance.

Cy Jung — Photocriture2:00 Et si l’on parlait du projet Photocriture ?
Cy Jung en fait l’historique. Elle évoque ce qu’un déficient visuel peut voir d’une photo à travers le sens produit. « Photocriture c’est un peu ma vie de tous les jours ; je ne sais pas forcément ce que je vois. Mais ça produit toujours du sens. Quel sens cela produit-il ? L’écriture justement permet, en se laissant porter par les mots, le texte permet de porter quelque chose qui fait sens. » Poursuite de la discussion sur la forme de ces textes, sur le « surgissement des mots » dit William. Cy Jung détaille l’exercice de style et le travail d’écriture qui permet l’exercice dans la durée.

Cy Jung — #StopFootPro7:00 On passe au sujet de #StopFootPro, qui était le sujet de cette interview. Lecture d’un extrait du communiqué.
Cy Jung revient sur la violence raciste, sexiste, homophobe qui entoure le football, violence acceptée par la société ; sur le fait que cela se passe en Russie ; et sur les relations entre football et argent. À cela s’ajoute la chape culturelle du football sur la vie sociale pendant la Coupe du monde. Ce n’est pas du sport. C’est du spectacle mondialisé. Et même des militants désireux de changer le monde s’intéressent aux matchs. Cy Jung ne comprend pas.
13:00 Si l’on se projette sur la Coupe du monde au Katar 2002, on sait déjà que plus de mille deux cents personnes sont décédées sur les chantiers, comment peut-on expliquer une telle neutralisation du sens commun, du sens critique, de l’indignation ? Comment peut-on adhérer à un tel événement ?
Cy Jung évoque la puissance économique de cet événement. « La coupe du monde de football, c’est un événement économique avant tout. C’est l’apogée du libéralisme. Il y a donc un cumul d’acteurs qui vont dire que le football c’est essentiel. » Détail de ce qui fait que l’on passe pour un antisocial si l’on n’adhère pas. Elle rebondit ensuite sur l’intérêt politique pour « tous les gouvernements du monde » que l’attention populaire se focalise sur cet événement plutôt que sur la marche de la planète ; puis sur les « leurres, bluffs et mensonges » qui alimentent l’ensemble des médias. « De là à considérer que les fausses images sont là pour déconsidérer les vraies… Je ne suis pas une adepte de la théorie du complot ; je ne crois pas qu’il y a un complot. Je crois qu’il y a des riches et des pauvres et que la vocation première d’un riche c’est d’être toujours plus riche, qu’il ne peut être toujours plus riche que s’il y a de plus en plus de pauvres. » Cy Jung continue sur l’idée de « continuum » qu’elle a développée dans ses Fragments d’un discours politique, idée qui considère que ce système coercitif fonctionne si bien, c’est que chacun y trouve son compte, et y participe à sa mesure. « Ce n’est pas un complot. C’est le système qui fonctionne comme ça. Sauf à mettre un coup de pied dans le système, je ne vois pas comment changer les choses. »
Poursuite de la discussion sur le football. Willam fait référence au livre Le foot, une peste institutionnelle de Jean-Marie Brohm et Marc Perelman et développe le travail de ces sociologues. Cy Jung rebondit sur le caractère coercitif du football à travers sa présence totalitaire dans la société. « Le constat est terrible » mais il ne faut pas être pessimiste. Cy Jung renvoie au livre Comment faire tomber un dictateur quand on est seul, tout petit, et sans armes de Srdja Popovic. La solution est que nous continuions.
Retour sur la revue Quel Sport qui consacre un numéro sur la coupe de monde, numéro 33/34 « TOTAL FOOTBALL Une arme de diversion massive ».
Conclusion sur la nécessité de toujours tenter quelque chose.

Et l’on se dit au revoir ! À très bientôt sur Libradio !

Information publiée le vendredi 19 octobre 2018.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent /
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.