La biographie de Cy Jung

Cy Jung sur Libradio — Partie 1



Cy Jung — Cy Jung sur Libradio — Partie 1

Le 23 juin 2018, Cy Jung était l’invitée de Libradio « Web Radio d’inspiration libertaire. Contre-cultures et contre-information. Des chroniques, des rubriques et des entretiens. » (ici). Les podcasts sont disponibles en deux parties , et lala.
Un grand merci à William pour l’invitation et ses questions de grande qualité.

Voici le détail et quelques extraits de la première partie. La seconde bientôt !

Partie 1.

Propos liminaire. Présentation de Cy Jung. Ses liens avec la Suisse. Petit bavardage amical.

Cy Jung — Tu vois ce que je veux dire6:50 — « Ma vie est un engagement. » ; Cy Jung établit un lien entre sa déficience visuelle et son rapport au monde, ses engagements tant celle-ci l’oblige à « toujours faire mieux, toujours aller plus loin », « Ce que je vois n’est pas toujours ce qui est ; j’en conclus que ce que je vois peut être modifié pour être ce que je veux ; ce qui fait que je suis romancière ; j’écris des histoires qui sont ce que je veux et j’ai un engagement un peu rêveur pour certains (…) j’ai envie de rêver le monde, le voir autrement, le voir plus loin (…). »
8:40 — Ses actions de partages numériques.

Cy Jung — L'homme à la Crotte gelée9:40 — L’homme à la crotte gelée, premier roman de Cy Jung (ici).
Pourquoi ce roman n’a-t-il pas été édité ?
Sans doute parce qu’il « ne vaut pas grand-chose ». Cy Jung détaille la manière dont un auteur débutant coince dans l’écriture d’un texte, la satisfaction d’aller au bout, la perspective d’écrire d’autres choses à partir de cette expérience-là.
11:30 — Comment en arrive-t-on à l’écriture ? Et à la publication ?
Cy Jung raconte son parcours : de la rédaction de textes politiques à l’écriture à fins littéraires. La nécessité de faire le deuil de son génie créateur.
14:50 — Présentation par Cy Jung de ses treize ouvrages en édition papier ; détail de ses objets littéraires numériques (comme Les Feuillets) et du blogue La vie en Hétéronomie.

16:00 — Est-ce que la forme du texte compte plus que le fond ?
C’est plus compliqué que ça. Cy Jung explique la bascule entre l’histoire et le texte ; et comment dans une démarche très littéraire, « c’est le texte qui fait l’histoire », en dépassant l’intention de l’auteur. « Je me fais piéger par mes propres textes. C’est ce qu’il y a de plus jouissif dans le texte, c’est penser écrire quelque chose et s’arrêter un jour et se dire ‘Pouh ! J’ai écrit ça ?’ »
19:30 — Est-ce que les mots surgissent ou faut-il aller les chercher ? Les deux. Lors du premier jet, les mots surgissent. Mais ce premier jet est 5 % à 10 % de son travail d’écriture. Au fil du travail d’écriture, d’autres mots surgissent autant que Cy Jung va fouiller dans les dictionnaires pour trouver le bon.
21:00 — Faut-il se laisser porter par les mots ou les domestiquer ?
Toujours les deux… « Il y a une chose qu’il faut imaginer, c’est que c’est très ennuyeux d’écrire, en fait. On est tout seul, ou est chez soi ou ailleurs ; chacun son lieu. Puis on veut aller d’un point A à un point B, il y a des fois où ça marche, y a des fois où ça ne marche pas, on cherche une phrase, on repart dans l’autre sens. Il faut savoir, quand ça ne marche pas, se laisser porter par le texte. Lâcher prise. Il y a un lâcher-prise. Il y a des fois où l’on est en total contrôle, mais il y a des fois il faut savoir lâcher prise pour que justement les deux s’équilibrent. » Poursuite de la discussion sur ce qu’est l’écriture. « Écrire, c’est savoir épurer un texte. »… « Aller à la justesse, le mot juste ». Exemple de la chasse au verbe « faire ». Cy Jung fait enfin le détail de ses choix d’écriture : travail sur le verbe, phrases courtes, travail sur le son.

25:00 — Vous déclariez dans une interview votre livre de chevet comme étant une radio.
Le son est essentiel à Cy Jung, déficiente visuelle, car il lui donne des informations importantes. « Le son est portant dans ma vie. La radio est importante dans ma vie. » Retour sur son enfance sans télévision avec les Tréteaux de la nuit, le Hit-parade et le championnat de foot. « Je suis radio. Je suis à fond sur France info. C’est presque une musique France infos. »

Cy Jung — Once upon a poulette, roman lesbien26:33 — La sexualité, l’érotisme. Est-ce un étendard de la liberté ou un curseur sociétal ?
« Nous vivons dans une société qui est gouvernée par la domination masculine. La première expression de la domination masculine, c’est le pouvoir sexuel des hommes. Ce sont eux qui sont autorisés à exprimer leurs désirs, leur plaisir (…). Dans un bar de drague (…) une femme qui s’adresse à un homme, cela ne se fait pas. Ce n’est pas dans sa culture, pas dans son éducation. (…) La sexualité féminine en général et la sexualité lesbienne en particulier sont totalement occultées et appréhendées par le truchement de la sexualité masculine. » Exemple de la psychanalyse. Cy Jung détaille ensuite la manière dont elle a introduit une dimension sexuelle dans Once upon a poulette. « Quand on est une femme et que l’on cherche son désir, qu’on cherche son plaisir, qu’on essaie de penser sa sexualité, on se retrouve confrontée à un rien. On a la représentation masculine de la sexualité des femmes (…). On n’a pas de représentation de femmes qui font l’amour ensemble si ce n’est les touche-pipi des pornos qui n’ont rien de lesbien. L’homosexualité ce n’est que de mettre deux personnes du même sexe dans le même lit. C’est un rapport au pouvoir, c’est un rapport au monde. » Cy Jung poursuit sur la manière dont elle a décodé sa sexualité pour en faire un objet littéraire. « L’idée est de déconnecter la sexualité féminine de la domination masculine. » Exemple toujours de Once upon a poulette. « Les femmes, parce qu’elles sont des sujets de désirs, sont en mesure d’être des sujets de leur propre plaisir. »

31:00 — Quid de la liberté ? En développement ou en régression ?
Cy Jung considère que l’on vit aujourd’hui en « démocratie autoritaire ». Succession d’exemples. Exemple de l’Observatoire de liberté de création. Discussion sur les libertés, la répression à Notre Dame des Landes. Cy Jung élargit le champ aux médias et suggère de suivre Acrimed. Discussion sur le grégarisme à partir de sa campagne « Et si l’on ne prenait pas le train », sur Facebook.

Fin (un peu brutale) de la première partie. Une retranscription de la deuxième avec de courts extraits sera en ligne bientôt. Elle commence par un propos sur la résistance ; vous pouvez d’ores et déjà l’écouter ici.

Information publiée le mercredi 19 septembre 2018.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent /
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.