Romans & Nouvelles

Es ist eine Poulette

(roman lesbien)



Après quarante jours d’incertitudes, de questions existentielles et de répliques heureuses (Once upon a poulette), Jeanne et Zoé décident d’inventer l’amour.
Entourées d’une bande de copines au sein de laquelle les chassés-croisés amoureux sont légion, elles construisent leur relation de jour en jour, partagées entre engagement et souci de liberté, et affrontent fièrement le quotidien…

Ce nouveau plongeon dans l’univers baroque, ludique et déjanté de ces deux jeunes femmes n’ignore rien des affres de la passion, des aléas du désir, des impératifs de la jouissance ni du bonheur de s’aimer. Reste à voir comment nos deux héroïnes vont s’en tirer…

* Extrait
* Critiques

Extraits

L’en-vie…
L’orgasme est inconnu. Le gouffre est immense. Le vide l’appelle. La membrane est à vif. Jeanne s’exfolie. Un cri, lugubre, vibre de son antre à sa glotte et se répand, interminable, en un sanglot primal.


L’amour…

Faire la vaisselle, c’est dire que l’on remangera ensemble, que le désir peut revenir au creux de l’assiette qu’une paire de blanches mains a purifiée des souillures du repas précédent.

— C’est sûr.

— C’est carrément certain.
À un point que l’on se demande pourquoi personne n’y avait songé avant.

La mort…
Charlotte s’est avancée d’un pas. Elle est à portée de lèvres. Elle pose sa main sur son épaule, plie les genoux, incline la tête et…

— Mon Dieu !
Barbara a crié. Charlotte s’est effondrée, entraînant son admiratrice dans sa chute. Elle gît à terre, l’œil terne. Ulrike se redresse, passe sa main sous sa nuque.

— Vous… me devez… un… baiser…
Définitivement conquise, Ulrike gobe le dernier souffle de sa princesse.


Note : Le premier volet des aventures de Jeanne et Zoé est publié sous le titre Once upon a poulette, roman lesbien.


Critiques

« Jeanne et Zoé sont toujours aussi amoureuses l’une de l’autre. Mais, habituées à leur indépendance et leur solitude, elles s’interrogent sur leur relation, ce qu’elle implique, où elles vont, comment la définir et la créer. (…)
« Une suite réussie à découvrir.
 »

Isabelle B Price, Univers-L.com, 15 octobre 2007.

«  [Ce roman] n’a de germanique que le titre, car la suite des tribulations de Jeanne et Zoé se digère plus facilement qu’une choucroute arrosée de litres de bière : elle s’avale d’un trait. »

La Machine à Lire

« La suite des péripéties de Jeanne et Zoé gagne en profondeur ; elle est faite de l’incertitude de ces deux femmes… et des nôtres ! »

Laétitia, Zone Libre, (54), avril 2005

« Cy Jung (…) améliore Once upon a poulette en approfondissant les personnages principaux qui acquièrent de l’épaisseur et de la cohérence. (…) le milieu lesbien actuel de Paris est souvent rendu de façon désopilante et comme un miroir ironique du milieu que nous dépeignent les Américaines. (…) Un bémol : trop de points de suspensions (…) et une mauvaise construction de sans que, lequel, contrairement à avant que, ne demande pas le ne supplétif. Cette remarque vaut un crayon de moins dans la cote ci-dessus. »

Hélène de Monferrand, Lesbia Magazine, (204), mai 2001

« (…) Sans être un chef d’œuvre, ce Poulette 2 nous fait oublier Hétéro par-ci… De surcroît, il nous conforte dans l’idée que Cy Jung, en creusant davantage son propos et l’analyse de ses personnages, pourrait bien mettre à jour un petit trésor. Alors, disons-lui courage… »

Danièle Grison, Lesbia Magazine, (204), mai 2001

« Avec le même style qui nous avait charmé ses deux romans précédents, [Cy Jung] explore une fois de plus les tréfonds de l’âme lesbienne. Ce que je viens d’écrire est en fait affreusement réducteur, tant cette histoire (…) d’amour est universelle. (…) Pris dans un tourbillon (…), le lecteur de Es ist eine poulette rencontrera des personnages qui ne lui plairont pas au premier abord, d’autres qui lui seront d’emblée sympathiques. Mais le maestro a lancé la musique, Cy Jung conduit l’orchestre des sentiments d’une main amusée et lucide, et nous sortons de ce roman rassurés sur nos propres égarements. »

Frédéric Koster, adventice.com, février 2001

« Plonges-vous dans le réseau des ex des ex, des futures et des futurs ex, du marché bio à la Gay Pride de tous les dangers… »

Illico, 28 décembre 2000

« (…) Le sujet principal de ce roman purement lesbien est cette histoire d’amour. Mais, même si la petite intrigue policière qui s’y greffe n’est qu’un aparté, elle est plutôt bien amenée. Enfin, least but not last, les scènes de cul sont plutôt chaudes et nombreuses. Et rien que pour elles, il faut lire ce troisième roman de Cy Jung ! »

Anne M. pour citegay.com, décembre 2000

« (…) Nous retrouvons avec plaisir les remises en question et les incertitudes des deux protagonistes, toujours ensemble et, toujours étonnées par tant de bonheur. (…) Un roman très réussi qui se déroule dans le Paris by Night des lieux lesbiens et des événements festifs du milieu gay (…) [qui] reste comme le tout premier très fortement marqué de l’empreinte de l’auteur. Et, nul ne doute que les scènes torrides entre les deux jeunes tourterelles ne manqueront pas de vous… émouvoir. »

Tatiana Potard pour le réseau Gay.com, novembre 2000

« Voici la version teutonne du célèbre Once upon a poulette. (…) Les histoires de couples se trament. Histoire d’indépendance et d’appartenance, histoire d’amour et de cul, la vie en somme. On y retrouve une Cy Jung au mieux de sa verve avec des tournures d’anthologie, une écriture vive, un style acéré, identifiable entre mille. »

Nathalie Brochard, 360° (14), novembre/décembre 2000


Retour à tous les romans et nouvelles
Version imprimable de cet article Version imprimable



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.