LexCy(que)

Exprès, express et exprès(esse)



Exprès, express et exprès(esse)

Ma phrase [*] : Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation express de son auteur.

Je reçois un mail de mon frère : « J’aurais écrit expresse, comme le suggère cet article. Qu’en penses-tu ? »
J’en pense… j’en pense… que merci Emmanuel ! et que je ferais bien d’étudier la question moi qui m’étais fiée au fait qu’Antidote ne me signalait pas de fautes dans cette phrase.
Mon cher correcteur serait-il faillible ? C’est moi qui le suis car je découvre qu’il existe concurremment « exprès » (adverbe ou nom), « express » (adjectif invariable) et « exprès, expresse » (adjectif variable ou invariable) qui pour moi ne font qu’un ou presque sans doute à cause des prononciations pas forcément très logiques. Il est donc temps que je détaille.

Il y a d’abord l’adverbe « exprès » que l’on utilise couramment dans « faire exprès ». Sur celui-là, je ne me trompe généralement pas. Il existe également un « exprès » (nom), terme vieilli qui désigne une personne qui porte un message urgent, ou le message lui-même.
Il y a ensuite cet adjectif invariable (sans doute de par son importation de l’anglais) qui qualifie le train ou le café et qui indique la rapidité et peut être substantivé. J’ai dû me fier à cela (en lisant un peu vite) pour qualifier l’autorisation de l’auteur (et la laisser invariable donc). Il n’est ainsi pas fautif de parler d’« autorisation express » puisque l’on peut donner une autorisation rapidement mais ce n’est pas le sens de ma phrase qui elle renvoie à l’adjectif « exprès, expresse » qui signifie pour le coup « Qui est énoncé de façon formelle » (Antidote).
Je remarque au passage qu’Antidote propose de multiples écritures des féminins et pluriels : « m. s. exprès [èksprès] ; m. pl. exprès ; f. s. expresse, exprès ; f. pl. expresses, exprès »… de quoi lui conférer un air d’invariabilité. Je m’en retourne vers Grevisse pour plus d’explications. Je peine un peu mais finis par comprendre (avec l’aide du TLF) que cela est la faute de la « lettre exprès » où « exprès » devient invariable car directement dérivé de « exprès » (nom) auquel j’ai fait référence dans mon premier point.

En plus simple (si possible), je pourrais résumer en indiquant que l’autorisation expresse pourrait être donnée par lettre exprès. Un mail suffira… et je corrige ma coquille répétée sur mon site dans de nombreux articles, soit dans leur code, soit dans le texte. Une petite galère à corriger donc sans à le faire directement dans MySQL, ce qui me stresse un peu.
Que cela ne vous retienne pas à me signaler mes coquilles ! Je suis très attachée à ce que mon site en comporte le moins possible.


--------------

[*Phrase apparaissant notamment sur les textes de fiction de ce site et renvoyant aux mentions légales, ici.


Information publiée le samedi 21 janvier 2017.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.