Abécédaire lesbien (1999)

Parce qu’elle est notre identité autant que notre liberté, que vive la culture lesbienne !

V… Vraie lesbienne



Cy Jung — Abécédaire lesbien (1999) : V… Vraie lesbienne

On reconnaît aisément la vraie lesbienne à ses cheveux courts qu’elle ponctue d’une touche de féminité — soit un léger maquillage des yeux, soit des boucles d’oreilles discrètes. Elle porte une chaîne autour du cou, plutôt dorée, et y suspend volontiers une double vénus. Quel que soit son style vestimentaire, elle choisit des vêtements pratiques, c’est-à-dire infroissables, se lavant aisément en machine et autorisant toutes les activités ; au travail, elle porte des lainages et de la flanelle dans des coloris sombres ; de sortie, elle privilégie le coton, noir pour le pantalon, blanc pour la chemise ; à la maison, on la surprendra à toute heure vêtue d’un caleçon — court ou long — surmonté d’un tee-shirt défraîchi, souvenir d’une gay pride, d’une ex ou d’un événement sportif.
Du point de vue sexuel, la vraie lesbienne se revendique clitoridienne bien qu’elle se prononce souvent contre les relations superficielles. En public, elle clame son opposition à toute pratique dépassant le sens commun. En privé, elle avoue néanmoins quelques fantasmes tout en déclarant haut et fort qui si elle a vécu des expériences insolites, celles-ci n’étaient pas de son fait. Elle exige la tendresse et prône la douceur en tout. Elle s’affiche fidèle et sincère sans pour autant dire précisément ce qu’elle entend par là. Quant à ses goûts amoureux, elle se targue d’aimer les filles à l’allure féminine et justifie le look butch de ses ex par des pirouettes qui ne trompent personne.
Chez elle, on retrouve fréquemment un poster d’Amélie Mauresmo, une sculpture représentant Penthésilée terrassant Achile, la collection complète des œuvres de Colette, l’affiche de When night is falling dans ses toilettes et quelques objets de facture traditionnelle ramenés de ses nombreux voyages. Car la vraie lesbienne est une globe-trotter dans l’âme ne ratant pas une occasion d’exercer ses dons pour les langues étrangères. Mais là n’est pas son seul loisir : elle aime la lecture, la randonnée pédestre, la photographie et se dit volontiers artiste.
La vraie lesbienne est une accro des nouvelles technologies même si elle cultive un certain art de vivre et l’esprit de nature. Adepte du recyclage, elle se transforme souvent en mère maquerelle poussant ses ex à s’unir entre elles. On l’aura compris, toutes ses amies sont lesbiennes, exception faite de sa meilleure amie, hétérosexuelle à la vie amoureuse chaotique que la vraie lesbienne a plaisir à consoler, sans arrières pensées bien entendu. Elle voue une haine viscérale aux bis, cultive un couple de pédés — sait-on jamais, pour faire un enfant, cela peut être utile — et a un tel mépris des hommes que son chat ou son chien sont forcément des femelles.

Cy Jung 1999®
Mise en ligne sur ce site le 13 juillet 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Petit rappel

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur.
Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Retour à l'abécédaire




Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.