Abécédaire lesbien (1999)

Parce qu’elle est notre identité autant que notre liberté, que vive la culture lesbienne !

T… Tétons



Cy Jung — Abécédaire lesbien (1999) : T… Tétons

Qu’est-ce qu’un téton ? La question peut surprendre tellement la réponse est facile. Le Robert donne deux définitions de ce mot apparu en 1493 : la première, classée comme familière, est « Sein (surtout de la femme) » ; la seconde est d’emploi technique, « Petite saillie sur une pièce métallique, permettant de l’assujettir à une autre pièce ». Comme c’est étrange…
On a pu remarquer en effet que selon les femmes, « Téton » désigne soit la pointe du sein, soit le sein lui-même et que très curieusement, les lesbiennes optent pour la seconde de ces définitions alors que les hétérosexuelles choisissent la première. De là à conclure que les lesbiennes font des tétons un emploi technique, il y a un pas qu’il est aisé de franchir, surtout si l’on s’attache à décrire ce plaisir que nous avons de tenir notre partenaire au bout du téton, fières de le voir poindre sous nos coups de langue et nos pincés de doigts, soucieuses que nous sommes de déployer notre science du corps et de la jouissance féminine.
On nous rétorquera sans doute que l’usage lesbien de « Téton » constitue une erreur sémantique majeure, ne serait-ce que parce qu’il existe un mot qui désigne cette fameuse pointe : c’est « Mamelon » [*]. Quelle horreur ! Celui-ci semble si proche de « Mamelle » — dont il est d’ailleurs issu —, c’est-à-dire de la fonction nourricière de la femme, que l’on comprend aussitôt que les lesbiennes s’en détachent, non pas qu’elles soient étrangères ou rétives à tout office maternel mais, dans leurs ébats, il est clair qu’elles succombent rarement à cet infantilisme si cher aux hommes qui consiste à confondre sa partenaire avec une vache laitière.
Eh oui ! Nos enfants tètent nos seins, nos amantes les honorent, féales à leurs caprices, rivalisant de zèle à susciter leur potentiel érogène. Qui plus est, l’erreur sémantique n’est pas si manifeste que cela. Que chacun consulte un dictionnaire étymologique, et il constatera alors que « Téton » a la même filiation que « Tette » — « Bout de la mamelle » — soit le germanique occidental « Titta », dont le radical (tit) signifiait « Pointe ». La boucle est bouclée et le téton retrouve sa vérité historique en même temps que les lesbiennes prouvent leur attachement à la langue.
Pour être juste, cette analyse se doit de relever que Le Robert — sacro-sein dictionnaire — considère que l’usage de « Téton » en tant que sein intégral est « familier »… Serait-ce à dire que refuser ce sens est avouer que les tétons ne nous le sont pas ? Eh bien non, car si personne ne peut nier que nous en faisons une dépense courante, il est tout aussi incontestable que nous ne sommes pas du genre à en disposer de manière cavalière. Ah ! La langue… Qu’elle est belle, et sagace avec ça !


--------------

[*Et surtout « tétin », NDCy, 24 juin 2016.


Cy Jung 1999®
Mise en ligne sur ce site le 24 juin 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Petit rappel

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur.
Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Retour à l'abécédaire




Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.