Abécédaire lesbien (1999)

Parce qu’elle est notre identité autant que notre liberté, que vive la culture lesbienne !

S… Sextonique des claques



Cy Jung — Abécédaire lesbien (1999) — S… Sextonique des claques

« Angélique revenait doucement à elle. Sa nuque était douloureuse mais le reste de son corps semblait entier. Où était-elle ? L’endroit sentait la saumure et l’huile rance. Elle gisait à plat ventre, les bras en croix, nue à même une paillasse décatie. Un rayon de lune filtrait à travers une mince ouverture. Bercée par le roulis, elle dégustait son réveil. Un gant de cuir jaugea l’arrondi de ses fesses. Angélique eut un sursaut, elle chercha à ramener sa main vers elle. Une entrave l’en empêcha. Le gant interrompit son geste puis se souleva avant de s’abattre de nouveau dans un bruit sec. Angélique gémit. Le gant se fit de velours, flattant la chair avec la légèreté d’une plume. Quatre doigts se glissèrent sous son aisselle. Ils étaient fins. Angélique tourna la tête et découvrit le beau sourire de sa geôlière. Cette image la rassura. Les doigts exploraient son mamelon, le gant déserta ses chairs somptueuses. À trois reprises, il claqua ! De surprise plus que de douleur, Angélique cria. Son corps se tendit comme si le durcissement de ses muscles pouvait la protéger de l’outrage. Il n’en fut rien. Le gant se répandit en multiples soufflets qui mirent le feu à son épiderme. Angélique ne savait plus où donner de la plainte. Elle sursautait par à-coups, tirait sur ses chaînes, secouait la tête en signe de protestation. Le gant s’en amusait. Il virevoltait, attisant chaque millimètre carré de peau comme une aiguille dessine un tatouage. Hors d’haleine, Angélique s’effondra. Plus aucun cri ne sortait de sa gorge, ses muscles cessèrent toute résistance. Elle était épuisée. Le gant contempla son ouvrage, étouffant la brûlure de quelques caresses habiles. Les doigts de leur côté agaçaient son sein jusqu’à ce que mamelon pointe. Angélique se cambra. Une décharge lui fendit l’échine. Le gant la cueillit à l’endroit de la fourchette, le pouce dans l’échancrure de ses fesses, la paume tout contre son pubis. Angélique se cala sur ce point d’ancrage, emprisonnant le gant entre ses cuisses. Le pouce s’enfonça un peu plus. Les doigts pinçaient son sein. Le gant se libéra et revint à la charge. Face à son désir naissant, Angélique enfouit son visage dans le tissu râpeux de la paillasse, un creux à la place des reins, le cul tendu vers les étoiles. Le gant s’en donna à cœur joie. Le corps entrait en cuisson. La sueur se mélangeait à la cyprine. Angélique perdait la raison. Elle s’étarquait à la rencontre du gant, vulve béante et fesses talées. Elle gémissait comme un chaton qui réclame sa pitance. Déjà, elle n’était plus en position d’attendre et quand la fessée cessa, Angélique pria pour qu’elle reprenne. Le gant nourrissait d’autres intentions. Il se fit explorateur et entreprit de fouir… »
— À quoi tu penses ma chérie ?
— À tes fesses mon amour !

Cy Jung 1999®
Mise en ligne sur ce site le 9 mai 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Petit rappel

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur.
Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Retour à l'abécédaire




Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.