Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 1er dimanche de Carême



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 1er dimanche de CarêmeLe diable. Savions-nous qu’il était aussi question de lui dans les Évangiles ? Nous l’ignorions, par naïveté, sans doute, la même qui nous porte à penser qu’il est possible de ne pas céder aux sirènes du pouvoir tant l’engagement lui est supérieur. Supérieur ? Pour qui ? Pour quoi ? Pour les simples d’esprit qui ne cherchent que l’être, la joie, le partage. La Cocotte enchantée, par exemple. Et vous ? Si l’on vous proposait un maroquin, l’accepteriez-vous au péril de vos convictions profondes ?
Le péril. Il a donc la tête du diable, et la queue aussi si l’on en croit le genre des ministres régaliens et ces droits des femmes que l’on associe désormais à l’enfant et à la famille. La Cocotte en rosit du Chaudron, bien sûr, au grand dam de Rosalie qui ne craint ni Dieu ni diable à l’instar de Jésus qu’elle ne connaît pourtant pas.

« Il est dit :
« Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
« Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations,
« le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé. » (Lc 4, 1-13)

Le « moment fixé », qu’est-ce donc cela ? On l’ignore mais l’on comprend que mettre Dieu à l’épreuve est une tentation du diable, comme toute résistance à l’oppression, finalement. Et mettre le diable à l’épreuve est-ce à l’inverse une tentation de Dieu ? Dieu ne se tente pas comme on tente une grosse cagnotte ou un record de l’heure. Dieu s’éprouve. Le diable aussi. Et les deux forment une belle paire de persécuteurs qui spolient nos consciences pour se les arroger.
Comment expliquer autrement ces comportements qui nous affligent et que d’aucuns justifient avec des airs de premiers communiants ? On n’explique pas, on constate et l’on s’en va rire sous le Couvercle de la Cocotte, celui qu’elle a justement posé sur la Gamelle. Et ainsi va le blogue qui fête au passage ses deux ans autour d’une Tisanière où Jésus, finalement, infuse moins que l’amour de Jo et de Rosalie.
Autre chose ? Non, ce sera tout pour ce début de Carême. À chaque jour suffit son instant de joie.
À plus !

Information publiée le dimanche 14 février 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.