Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 3e dimanche du temps ordinaire



[La Cocotte enchantée] 3e dimanche du temps ordinaireEt voilà que la Cocotte enchantée se met à partir en week-end, nous abreuvant de son bonheur personnel plus que des affres de l’actualité ; une vraie bourgeoise ! Ce n’est certes pas un scoop mais parfois, on l’oublie, attribuant ses airs à ses attaches droitières et catholiques. Ah ! bien non, c’est une bourgeoise qui partage la vie de la révolution prolétarienne en la personne de Rosalie et économise sur le chauffage (c’est Jo qui le dit). Un espoir pour nos luttes vers un monde d’amour, de paix et de développement durable ?
En presque deux ans de blogue (déjà !), on a pu l’observer, notre Cocotte enchantée. Elle a bon cœur, c’est sûr. Elle a ses têtes, aussi, et ne manque pas une occasion de faire sa râleuse, plutôt version mauvaise foi. Elle l’a pourtant si bonne, la foi ! Et la joie, si communicative. Mais voilà, c’est une bourgeoise sans en avoir les moyens financiers, bien sûr, comme beaucoup d’entre nous. Est-ce si grave, finalement ? À part qu’elle nous prive deux jours de billets pour une villégiature monastique d’où elle ramènera forcément un bol d’air qu’elle partagera, non, ce n’est pas si grave. On est chacun ce que l’on est ; le plus difficile est que d’aucuns n’essaient pas de nous changer à l’image de ce qu’ils voudraient que l’on soit.
Ne tentons donc pas de changer la Cocotte, gardons-la bourgeoise prolétaire de l’ourlet et de la reprise, elle qui fait ce qu’elle peut de ce qu’elle est, avec l’amour en point de mire et la foi en point de croix.

« Tout le monde évidemment n’est pas apôtre,
« tout le monde n’est pas prophète, ni chargé d’enseigner ;
« tout le monde n’a pas à faire des miracles,
« à guérir, à dire des paroles mystérieuses, ou à les interpréter. » (1 Co 12, 12-30)

Mais nous sommes chacun tant de chose, tout être que nous sommes, tant d’intelligence, tant d’amour, tant de force ; tant de bêtise aussi, tant de haine ou de mépris, tant de faiblesse ; tant de joie et tant de peine ; tant de foi et tant de doute. Qu’importe ! Soyons ce que nous sommes ; partageons ce que nous sommes ; prenons ce que l’on nous donne comme un don de soi et n’oublions pas qu’un bon petit déjeuner augure d’une belle journée.
Une journée sans Gamelle ? Ne rêvons pas, notre Cocotte enchantée dégaine la spatule à la vitesse de l’éclair surtout quand c’est le Chaudron dont il faut brasser le contenu ou la Friteuse dont il faut expurger le trop gras. Fort heureusement, on se réchauffe vite dans la Bouilloire et l’on coule des jours heureux…
Tous chez les sœurs ? Chiche !
À plus !

Information publiée le dimanche 24 janvier 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.