Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 3e dimanche de l’Avent, de Gaudete



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 3e dimanche de l'Avent, de Gaudete« De gaudete » ? Mais quoi qu’est-ce ? Notre mécréantise, mécréantitude, mécréantation ne connaît pas cette chose-là. Des recherches s’imposent ; il ne faudrait pas passer à côté d’un temps liturgique majeur, si tant que cela fut possible.

« Premier mot latin de l’introït du troisième dimanche de l’Avent. Ce dimanche est comme une pause au milieu de l’Avent et comme une anticipation de la joie de Noël. Pour mieux le signifier, on peut utiliser des ornements roses, jouer de l’orgue et prévoir une décoration florale dans l’église. Il en est de même au quatrième dimanche de Carême (Laetare). » [Portail de la liturgie catholique]

L’« introït » ; décidément, c’est un dimanche où notre vocabulaire progresse. Il s’agit donc là du « chant exécuté avant le début de la messe » dit notre valeureux dictionnaire. Merci.
On se rend compte, là, presque comme une grosse claque à la face de notre ignorance, que l’on n’avait pas vraiment considéré l’Avent comme un temps, qui nécessiterait une « pause », donc. On creuse. L’Avent nous prépare à la venue du Christ ; cela, on savait. Mais comment ? Et nous préparer à quoi exactement ?

« Chacun est appelé à la vigilance et au changement de vie. La parole des Prophètes, qui retentit en chaque liturgie dominicale de l’Avent, redit la nécessité de la conversion et de la préparation du cœur, comme le rappellent également les autres lectures de la messe. » [Site de la Conférence des évêques de France]

C’est donc ça, il nous faudrait une « préparation du cœur », avec une « nécessité à la conversation », tant la venue de Jésus va nous plonger dans un état qui serait insupportable sans une telle préparation. Cela marche-t-il pareil pour la vie sociale, l’accueil de l’autre, tout autre, en sa vie ? Et que fait-on ? Voilà donc une nouvelle énigme, ou une nouvelle voie : de la même façon que nous devons faire des fractionnés pour préparer notre cœur à l’effort physique, il nous faut faire des conversions pour le préparer à l’effort social ? Bigre. Et c’est comment une conversion ? Abdos ? Pompes ? Flexions ? Il ne semble pas. Que faire ?
Retournons-nous en du côté de la Cocotte enchantée qui peut-être saura nous dire. Elle ne semble pas très préoccupée par la question, coincée qu’elle est entre la Tisanière, le Couscoussier et le Chaudron, les trois mamelles d’une cuisine électorale qui n’a pas forcément si bon fumet. Un seul tour de Broche l’en sort quand deux ne nous suffiront certainement pas ; quelle chanceuse de retourner si vite dans le giron de sa foi !
Et nous avec ? Faudrait-il encore que l’on comprenne la consigne. Conversion ? Dès que l’on sait, on vous dit.
À plus !

Information publiée le dimanche 13 décembre 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.