Abécédaire lesbien (1999)

Parce qu’elle est notre identité autant que notre liberté, que vive la culture lesbienne !

H… hétéro



Cy Jung — H… hétéro

Originaires d’un jardin fabuleux nommé « Jardin de l’Éden » que Platon situait au-delà des colonnes d’Hercule, les Hétéros se sont dispersés sur la planète au gré des chocs climatiques avant d’investir toutes les zones habitables sous l’effet conjugué de leur esprit de conquête et des nécessités économiques de leur subsistance. Si leur aspect physique ne les distingue en rien des autres humains, ils présentent néanmoins un certain nombre de caractères biologiques et comportementaux singuliers.
Présupposant leur position majoritaire au sein de l’espèce humaine, ils ont développé une suffisance et une fatuité qui les amènent à considérer que leurs modes de vie et leurs façons de penser constituent une norme irréfragable qui s’impose à quiconque prétend partager leur espace social. De nombreuses études ont convergé vers l’hypothèse que leur accouplement, dans ses aspects physiologiques comme dans les rites qui lui sont associés, est à la base de cet esprit normatif. Spécialisés par nature dans la fonction de reproduction de l’espèce, les Hétéros ont ainsi forgé une culture qui dépasse largement leur compétence initiale et ont construit des schémas intellectuels faisant d’eux les maîtres de l’humanité sous prétexte qu’ils en sont les géniteurs.
Il leur a fallu néanmoins trouver une manière de légitimer cette dérogation majeure à l’ordre des choses : ils ont donc déployé une grande énergie pour créer une transcendance qu’ils nomment Dieu et ont élaboré un système de croyances qui fait de ce Dieu le créateur des hommes et, en tant que tel, le grand décideur de ce qui est bon ou mauvais pour eux. Cette morale a joué un rôle déterminant dans l’expansion hégémonique des Hétéros. Elle a établi des hiérarchies au sein même de leur tribu et ainsi justifié l’oppression d’autres peuples.
Ceci étant dit, leur dangerosité demeure restreinte. Par la marginalité de leurs comportements, ils entretiennent d’eux-mêmes une différence qui met à l’abri le reste de l’humanité de leurs visées totalitaires. Comment imaginer par exemple que le commun des mortels puisse adhérer au carcan sclérosant du mariage qui contraint deux individus à partager le même lit et le même toit de longues années durant sans autre objectif que de thésauriser des biens de consommation courante !? Les humains savent pertinemment que l’union de deux êtres fondée sur des bases autres que le désir et le plaisir d’être ensemble est vouée à l’échec.
Plaignons ces pauvres gens, si imbus de leur personne qu’ils ont oublié de s’intéresser au fondement même de l’humanité : l’amour, mes sœurs… L’amour leur est étranger.

Cy Jung 1999®
Mise en ligne sur ce site le 11 décembre 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Petit rappel

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur.
Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Retour à l'abécédaire




Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.