Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 27e dimanche du temps ordinaire



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 27e dimanche du temps ordinaireOn pourrait se lasser à lire tous les dimanches les Écritures et en tirer la substantifique poêle (oups !), la plus irrévérencieuse qui soit, donc. Tant d’appels inconsidérés à l’amour, tant de violence divine, tant de mécréants, de rustres et de violeurs mis en lumière ! Oui, cela a un côté lassant. Mais il semble, à bien y regarder, que l’on puisse tirer de ces textes fondateurs quelques informations sur l’humanité si improbables que le sens même n’est pas évident.
Soyons mutine.
Vous vous souvenez, la Genèse, Dieu crée l’homme puis décide de lui adjoindre de la compagnie, afin qu’il ne soit pas seul.

« Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela
« toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel,
« et il les amena vers l’homme
« pour voir quels noms il leur donnerait.
« C’étaient des êtres vivants,
« et l’homme donna un nom à chacun. »

Plus loin, Dieu façonne une femme à partir de l’une des côtes de l’homme.

« L’homme dit alors :
« Cette fois-ci, voilà l’os de mes os
« et la chair de ma chair !
« On l’appellera femme – Ishsha –,
« elle qui fut tirée de l’homme – Ish. » Gn 2, 18-24)

Et alors, me direz-vous ? Alors, ce n’est pas Dieu qui nomme ce qu’il crée, mais l’homme. N’est-ce pas étrange ? Car chacun sait que ce que l’on ne nomme pas n’existe pas. Dieu est un créateur qui ne nomme pas son œuvre, il crée quelque chose qui n’existe pas. Ainsi, Il est étranger à tout langage existentiel, celui-ci appartenant de fait en propre à l’homme seul locuteur à nommer les éléments qui constituent son monde, « Ishsha » comprise.
Pauvre serpent accusé de tous les maux ! C’est Dieu lui-même qui a abdiqué son pouvoir à l’homme en renonçant à s’approprier le langage. On ne s’en plaindra pas, évidemment, ce d’autant que cela porte l’interrogation sur Son existence dans une autre dimension : si Dieu existe, n’est-ce pas parce que l’homme le nomme tel ? Il y aurait là comme une rétrocréation, l’homme aurait créé Dieu pour que Dieu le crée à son tour.
N’est-ce pas étrange d’aliéner si vite sa liberté ? Ou paradoxal ?
Il nous faudrait sans doute l’avis de la Cocotte enchantée, des sœurs, de monsieur le curé et de Josette réunis pour y voir plus clair, et mesurer l’importance de cette découverte à moins que Jo, bien sûr, ne soit comme toujours le plus éclairé de tous ! N’est-ce pas lui qui manie la Broche à merveille pour disserter de liberté, fait résonner la Cassolette de complies qui mènent au plus doux des repos, emballe le Barbecue dans une drôle de litanie et assiste d’un silence circonspect à l’ébullition du Chaudron et du Couscoussier ?
Ah ! Jo. Prophète d’entre les prophètes. Mais qui donc t’a donné ton nom ?
À plus !

Information publiée le dimanche 4 octobre 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.