Les interviews de Cy Jung

Interview — Rencontre avec Cy Jung



Cy Jung — L-Editorielles.com

Interview par Christel Marque pour L-édittorielle.com, 1er mars 2009.

Vous venez de recevoir un prix d’honneur pour l’ensemble de votre œuvre à l’occasion du premier Prix du Roman lesbien 2008 décerné par République du glamour, la librairie Violette and co et La Référence.
Vous êtes aujourd’hui reconnue comme l’une des pionnières du renouveau du roman lesbien où sexe et désir au féminin ne sont plus tabous.

Cy Jung — Once upon a pouletteL-Edittorielle.com : Qu’est-ce qui a motivé votre désir d’écriture, il y a dix ans, quand vous avez publié Once upon a poulette chez KTM éditions ?


Cy Jung
 : J’avais déjà écrit un premier roman qui n’avait pas trouvé d’éditeur. La chose m’avait semblé très injuste ; je peux affirmer aujourd’hui que ce roman n’avait de valeur que d’être le premier et c’est paradoxalement le fait qu’il ne soit pas publié qui m’a encouragée à poursuivre.
Je me suis ainsi lancée dans l’écriture de Once upon a poulette avec l’idée de raconter une histoire, convaincue qu’un éditeur serait plus sensible à une romance construite comme telle qu’à un récit délicieusement abscons comme l’était mon premier roman. Je voulais également que cette romance vienne alimenter l’imaginaire lesbien. J’avais souffert de ne pas trouver beaucoup de livres explorant la sexualité et les sentiments lesbiens. J’ai donc décidé d’écrire ce que j’aurais eu envie de lire.

L-Edittorielle.com : Que votre écriture dérange ou qu’elle passionne vos lectrices, votre plume semble motivée par la volonté de témoigner d’une vérité longtemps ignorée, y compris des femmes elles-mêmes, à savoir, l’exploration du désir. Pourquoi vous êtes-vous attachée à explorer ce que Freud appelait « le continent noir » de la féminité ? Et dans quel but ?

Cy Jung : Face à l’énigme du désir (et du plaisir !) féminin, ce Dark continent, Freud concluait dans l’une de ses Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse (1933) « Si vous voulez en savoir plus sur la féminité, interrogez vos propres expériences de la vie, ou adressez-vous aux poètes, ou bien attendez que la science puisse vous donner des renseignements plus approfondis et plus cohérents. » Il investissait alors les poètes d’une sacrée responsabilité et force est de constater que si la littérature n’était pas là, la science et la psychanalyse ne nous seraient pas, ici, d’un grand secours.
Reste bien sûr « nos propres expériences »… (…)

Pour lire la suite, contactez Cy Jung.

Information publiée le lundi 2 mars 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.