Abécédaire lesbien (1999)

Parce qu’elle est notre identité autant que notre liberté, que vive la culture lesbienne !

A… anale



Cy Jung — Abécédaire : A… anale

C’est dégoûtant ! Comment ça, « non » ? Mais si, c’est répugnant ! Nous n’avons pas adopté la sexualité fine et délicate des femmes qui aiment les femmes pour nous adonner à des pratiques si… si… ! Si quoi ?
Elle gît cul nu à plat ventre sur un lit défait. Ses seins, aplatis sous le poids de son corps, jaillissent le long de ses côtes. Ses reins sont un vallon, ses fesses un dôme volcanique traversé d’une gorge mystérieuse renfermant un aven. Quand il explore la faille, le doigt intrépide s’immobilise au bord du précipice. Il effleure, flatte, se plaît en circonvolutions. Alors, l’aven ne ment et s’offre à l’exploration. Les reins se cambrent, le bassin se soulève, le souffle s’accélère, le corps se balance. La jouissance n’est pas loin… Tiens donc ! Et puis quoi encore ?
Le plug est menaçant. Il bande de latex au bout d’un poing serré décidé à marteler l’entre-deux-fesses luisant de gel et de sueur d’une amante à genoux sur le carrelage glacé de la cuisine. Va-t-il plonger sans vergogne dans le cratère fumant, invariablement attiré par ce trou noir qu’aucun télescope n’a jamais identifié ? Le poing se lance. Le plug fend l’atmosphère. Les reins se cassent, le bassin vise le ciel, le souffle s’envole, le corps gravite. La jouissance n’est pas loin… Au secours ! Nos postérieurs ne sont pas des culs de comète ! Ils méritent des égards autres que cette abominable parodie de la conquête de l’espace !
Allongée sur le dos, elle savoure les baisers qui gambadent de son cou à ses seins, de son plexus à son ventre et s’arrête en bout de course à la lisière du pubis. La langue sort de la bouche et musarde sur les saillies de la vulve récoltant au passage le suc en ébullition. Elle découvre le clitoris, suit le sentier des nymphes, bute sur la fourchette et s’aplatit de tout son long sur la margelle du puits. Elle hésite, revient sur ses pas puis y retourne, pas fière, inquiète par-dessus tout de perdre en cet endroit un peu de son innocence. Elle se tortille, petite fille, et se vrille en une délicate intruse gourmande et perspicace. Les reins se creusent, le bassin s’arque, le souffle se coupe, le corps frémit. La jouissance n’est pas loin… Que dalle ! Y a pas d’amour dans tout ça ! Y a que du vice… et vice-versa.
Suspendue les quatre fers en l’air à un portique, elle se balance… Stop ! Ça suffit ! Y a pas que le cul dans la vie… Quoi d’autre ? Bin, les tétons pardi !

Cy Jung 1999®
Mise en ligne sur ce site le 11 septembre 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Petit rappel

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur.
Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.

Retour à l'abécédaire




Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.