Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 17e dimanche du temps ordinaire



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 17e dimanche du temps ordinaireÉcouter le dernier CD d’Alpha Blondy (Positive Energy, 2015) est déjà une gageure ; rendre compte de la semaine de la Cocotte enchantée dans de telles conditions sonores vire à la prouesse littéraire même si les paroles sont empreintes de foi et portent de nombreuses références à Dieu. Un problème de rythme, sans doute, d’affinités musicales… Fort heureusement, le CD tire à sa fin ; « Arrêtons nos querelles interminables (…) Revenons à l’essentiel, l’amour est un don du Ciel, revenons à l’essentiel, un amour existentiel ».
Merci Alpha pour cette parole impérissable.
Revenons.
La lecture du jour nous amène au Livre des rois dans un passage qui ne peut que réjouir notre Cocotte puisqu’il y est question de manger, au sens littéral du terme.

« (…) il apporta à Élisée, l’homme de Dieu,
« vingt pains d’orge et du grain frais dans un sac.
« Élisée dit alors :
« "Donne-le à tous ces gens pour qu’ils mangent."
« Son serviteur répondit :
« "Comment donner cela à cent personnes ?"
« Élisée reprit :
« "Donne-le à tous ces gens pour qu’ils mangent,
« car ainsi parle le Seigneur :
« ‘On mangera, et il en restera.’ (…)" » (2 R 4, 42-44)

Que doit-on comprendre ? Que quand il n’y en a plus il y en a encore ? Cela vaut sans doute plus pour l’amour que pour les aliments, sauf en matière d’artichaut, peut-être ? D’artichaut ? Ce n’est pas la saison alors pourquoi cette référence ? Pourquoi pas. « Les artichauts, c’est un vrai plat de pauvres. (…) quand t’as fini de manger, t’en as plus dans ton assiette que quand tu as commencé ! »
Cela ne vous dit rien ? Tss… On va finir par croire que vous connaissez mieux les Écritures que la parole de Coluche qui pourrait être d’Évangile tant elle mêle la tendresse à la sagacité. Et l’artichaut est à l’amour ce que Dieu est à nos cœurs, un perpétuel recommencement, une nourriture qui laisse sur sa faim pour ne jamais s’épuiser, parce que l’amour est une quête, parce qu’il est aussi une délivrance, un partage. Oh ! Que c’est bon d’aimer, de s’en donner l’appétit, de ne jamais en être rassasié sans pour autant en avoir la nausée.
On comprend enfin pourquoi la Cocotte enchantée a choisi ses bons petits plats comme socle de ce blogue qui nous tient en haleine depuis trois cent cinquante billets déjà ! Au menu cette semaine, une bonne Terrine où elle savoure les unions de même sexe ce qui la plonge dans la Bassine à confiture où chantent encore quelques grillons, ceux qui ont résisté au tourneBroche de l’humanité contradictoire. « Arrêtons nos querelles interminables », oui Alpha, arrêtons ! Soulevons enfin de Couvercle qui nous dissimule à l’amour là où l’on croit que le secret nous protège, et plongeons le cœur léger dans la Sauteuse pour savourer la joie de s’aimer les uns les autres.
S’aimer.
À plus !

Information publiée le dimanche 26 juillet 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.