Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 7e dimanche de Pâques



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 7e dimanche de PâquesOn a craint un instant que la Cocotte enchantée ne nous abandonne en pleine Ascension, tout occupée qu’elle est à assister son amie albinos au pays de la cannelle, du poisson fumé et des meubles préfabriqués ! Déjà que Jésus, lui-même, est retourné chez son Père après quarante jours d’errance sur Terre, entre ripailles avec ses apôtres et blagounettes diverses et variées. Sacré drôle, ce Jésus ! Reste à savoir ce que nous enseigne son retour au bercail.
Le père Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France (on ne néglige pas la qualité de la référence) nous explique.

« Tandis que nous croulons chaque jour sous une visibilité clinquante, agressive et impudique, l’Ascension propose une juste distance, un respect de l’intimité, une invisibilité respectueuse de l’homme.
« L’Ascension dit que l’homme dépasse… l’homme ! » (ici)

Cela signifie-t-il que, si Marine retourne servir la soupe à Jean-Marie, la femme dépasse l’homme ? Ou alors qu’elle fait bien de garder une «  juste distance » d’avec son cher papa ?
— Pilipi-piou-T’es-tombée-dans-un-cannel’roll ?-piou-piou !
Oui, Jo, ce doit être ça ; on ne comprend pas grand-chose à la liturgie aujourd’hui, et la Cocotte enchantée ne nous aide pas en tournant sur sa Broche plus de foi qu’il n’en faut pour accepter le dogme. Une constance, chez notre Cocotte, constance qui nous permet de considérer cette Ascension comme le signe que chacun a droit de prendre un peu de vacances en famille même quand la loi du Père sacrifie le fils sur l’autel de sa notoriété. Un peu comme Jean-Marie qui rechigne à laisser la place à sa fille ? Il y a de cela, à cette nuance que Jésus n’a jamais cherché à discréditer son Père, ni son père d’ailleurs.
Bon garçon que voilà. Il ne nous reste plus qu’à attendre qu’il nous renvoie l’Esprit Saint — que notre Cocotte dresse déjà dans un joli Plat — pour aller jusqu’à Noël et reprendre l’histoire à son début. D’ici là, régalons-nous de la Sauteuse comme de la Terrine tant la Cocotte nous y éclaire de ces histoires de famille complexes entre deux moments d’amour pur.
L’Ascension. Vous croyez au hasard ?
À plus !

Information publiée le dimanche 17 mai 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.