Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] Dimanche de Pâques, la Résurrection du Seigneur



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] Dimanche de Pâques, la Résurrection du Seigneur« Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rend au tombeau. La pierre a été enlevée… Les bandelettes ont été déposées… Le linge est roulé à part » (Jean, 20). Voici résumé Pâques par l’Église catholique : une femme découvre que Jésus est ressuscité et annonce la bonne nouvelle. Le monde est sauf. Mais avant cela, Jésus a souffert sur sa croix et blablabla.
Blablabla ?
Mais notre Cocotte enchantée va sortir son missel si l’on blasphème aussi librement ! Ne la craignons pas ; elle ne craint pas Dieu. Craignons plutôt notre incurie, exactement ce que nous enseigne la vie de Jésus, dirait toujours notre égérie catholique, grande pourvoyeuse de métaphores et autres paraboles. N’établit-elle pas un parallèle entre Jésus en croix et étudiants à Garissa, estimant que le salut de leur âme passe forcément par la Résurrection du Christ ?
Et puis quoi, encore ? Le savoir, l’art et la culture baignent de nouveau dans notre sang. Oui. Notre sang. Nous sommes ces étudiants kényans et la Poissonnière cocotte la récupération biblique. Pas moins. Pas plus ; c’est notre héroïne tout de même, et on l’aime ! Tout de m’aime. C’est Pâques. Concentrons nos pensées, nos actes et nos convictions sur ces massacres qui par le monde nous disent que la liberté est fragile, aussi fragile que la vie de celles et ceux qui y prétendent.
Pour le reste, laissons chacun à sa foi tant que son autel ne s’érige pas sur un charnier. L’idée est plaisante même si l’histoire ne fait que la démentir quelle que soit l’Église en cause. Allez ! c’est Pâques. Notre Cocotte enchantée mérite aujourd’hui notre clémence. Regardons-la avec sa cuiller en bois qui tourne dans la Bassine à confiture. N’est-elle pas touchante ? Elle ne l’est pas moins quand le Barbecue sent le curé grillé, quand elle enfile des petits pois sur la Broche ou quand remonte de l’Autocuiseur l’âme de madame Simone.
L’âme de madame Simone ? Vous l’entendez rire ? Oui ! rions. Rions et que les cloches sonnent pour nous rappeler cette joie qui était la tienne, une joie délicieusement impie ! Pâques. On t’embrasse, madame Simone. Fort. Fort. Et on s’en va chasser les œufs.
À plus !

Information publiée le dimanche 5 avril 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.