Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 4e dimanche de Carême



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 4e dimanche de CarêmeDeux ans, déjà. Deux ans que François 1er règne (ou presque) sur le Vatican et le peuple catholique. Deux ans, pour qui ? Deux ans, pour quoi ? Pour nous dire que les homosexuels sont des personnes qui ont le droit de contribuer à la quête à condition de ne pas se donner l’accolade à l’occasion d’un voyage en Belgique ? Cela prouve au moins une chose, que notre poncif a parfaitement compris que le mariage entre deux personnes de même sexe peut être procréatique à défaut d’être pro-créateur ! Un futé, ce François.
On regrette pourtant que la curie n’ait pas plutôt désigné notre Papouille à ce poste stratégique pour l’évolution des consciences et ainsi diffusé dans le ciel de Rome une fumée aussi rose que l’eau d’un bénitier qui serait curé (eh oui !) de ces maladies ontologiques à toute institution totalitaire (pléonasme). Ah ! la Papouille. Vous avez oublié ? Comment est-ce possible, elle qui vous proposait un programme de gouvernement où enfin l’amour, la luxure et la foi faisaient bon ménage (« à trois », chante Marie-France, « puisqu’à deux c’est impossible de s’en tirer ») ?
Cela a beau être Carême, ne résistez pas à la jouissance du texte (ou au moins à celle de l’auteure à le construire) et allez lire (ici) ce que les soutiens de la Papouille vous promettaient en cette année 2013 de spiritualité dé(pa)pouillée de ce dogme qui arme le bras des esprits en mal d’amour et de sagacité. Ah ! la chair à canon. C’est tout de même étrange cette propension des Églises à la préférer à la chair à nichon… La Papouille. On y revient. Retoquée, donc, pour que l’on puisse encore chanter ce matin l’exclusion des mécréants par ces mots « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle. » (Jn 3, 16)
La Cocotte enchantée nous sauvera-t-elle en ouvrant son cœur à celles et ceux qui ne croient pas en son Jésus ? Jo vous dirait qu’elle est un peu revêche d’abord mais qu’au final, elle a le cœur plus large que la Porte d’Aix (« Hi hi ! se gausse Gégé à cette évocation », forcément.) Vous voulez des preuves ? En une semaine, elle a sauvé Petit Mouton d’un bon coup de Crêpière sur la tête du dogme, remis l’amour au centre du Chaudron, reconsidéré la mort de Daniel sur le Barbecue (une opération culinaire délicate), donné de l’espoir aux masses populaires par la seule vapeur de sa Bouilloire et réchauffé une quiche lorraine au Wok (rien de sexiste, on vous rassure).
Elle est donc capable du tout, du meilleur bien sûr, laissant le pire à celles et ceux qui prennent Jésus pour une barbe à papa, un truc qui colle aux doigts, fond sous la langue et ne nourrit pas. Ah ! Si Papouille… La Cocotte aurait-elle été cardinal ? Elle l’est déjà.
À plus !

Information publiée le dimanche 15 mars 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.