Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 6e dimanche du temps ordinaire



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 6e dimanche du temps ordinaireLa Cocotte enchantée n’a décidément plus aucune conscience du temps ni du monde, coincée qu’elle est entre sa foi et son amour de Rosalie. Le marteau et l’enclume ? Il est vrai que Jésus frappe toujours fort sur la tête de celles et ceux qui s’obstinent à ne point l’entendre. Quant à Rosalie ? Son corps serait-il si dur ? La Cocotte ne nous le dit pas, au grand désespoir secret de Gégé, sans doute, pas plus qu’elle ne nous dit que dimanche dernier était l’anniversaire du blogue.
C’est une honte ! N’est-il point ? Au moins, a-t-elle sorti un joli Plat pour tenter de rattraper sa bévue. Cela nous permet de reprendre le psaume du jour et, à l’instar de Dieu, de ne pas retenir l’offense.

« Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
« et le péché remis !
« Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense,
« dont l’esprit est sans fraude ! » (31 (32), 1-2, 5ab, 5c.11)

Cela amène d’ailleurs une question de fond : celle du pardon. Qu’est-ce donc que le pardon ? Une chanson populaire clame « Pardonner c’est donner »… « ce que l’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas » ? La glissade sur le divan toujours humide de Lacan pour faire revenir la tête dans le giron de l’Origine du monde est imparable. Pardonner c’est aimer. Aimer Dieu pour les uns. Aimer son prochain pour les autres. Aimer qui l’on est, pour les plus avisés. Qu’importe ! Le pardon est dans le don et le don dans l’amour. C’est tout ce qu’il y a à en retenir aujourd’hui.
Cela signifie-t-il que la Cocotte enchantée serait en phase d’avoir quelque chose à (se faire) pardonner ? Elle a pourtant eu une semaine assez calme, son amie albinos gisant au fond du Chaudron entre deux électeurs frontistes (Ah ?) que l’on retrouve, eux, sautillants gaiement au fond de la Marmite en même temps qu’un fumet malodorant s’échappe de la Poisonnière sans que la Cassolette ne sauve vraiment la mise.
Mais les semaines se suivent et ne se ressemblent pas, sauf dans le temps liturgique, bien sûr ! C’est d’ailleurs à se demander pourquoi on ne s’y plie pas plus à ce calendrier-là tant il procure une inégalable sensation de long amour tranquille… À chacun sa croix !
À plus ! Et très joyeux anniversaire de blogue, chère Cocotte ! On adore ta drôle de cuisine !

Information publiée le dimanche 15 février 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.