Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] Dimanche de l’Épiphanie du Seigneur



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] Dimanche de l'Épiphanie du Seigneur Ah ! l’Épiphanie, fête de la galette, de la frangipane et de la fève qui désigne l’être aimé ! Jésus ? Mais qui parle de Jésus ? Eh bien, l’Épiphanie, justement, puisque loin d’être la fête des pâtissiers industriels, elle est avant tout célébration de la manifes­tation de Jésus comme Messie. Ah bon ? Ben oui, n’en déplaise à tous ces mécréants oublieux de la laïcité qui veulent nous faire croire qu’ils sont capables de vider la galette de sa substantifique moelle chrétienne. Ne la mangent-ils pas justement largement fourrée de frangipane qui est à la galette ce que la pensée chrétienne est à l’ordre public : ce qui est bon à l’intérieur sans que cela ne se voie à l’extérieur ?
Remarquez, sur les fesses, quelques galettes plus tard, le bon gras de la douce pensée chrétienne se fait vite sentir. Vivement Carême que l’on élimine tout cela si tant est, bien sûr que l’on en ait envie, ce que les pratiques antilaïques soi-disant purement gastronomiques semblent démentir. La Cocotte enchantée, elle, en tout cas, ne souhaite pas se débarrasser de Jésus, adhérente qu’elle est à une association cultuelle qui ne cache ni ses desseins prosélytes, ni ses visées doctrinaires. Et le pire, c’est qu’elle n’aime pas la galette ! Un comble. Mais la Cocotte a désormais l’habitude de nous combler, alors…
On savoure avec elle tout ce qui passe par sa cuisine, ce d’autant que son séjour chez les sœurs nous a privés quelques jours de sa présence. Qu’elle brandisse sa Crêpière pour défendre George le grand rouge ou barbote le manque de Rosalie dans le Faitout, la voilà toute requinquée dès Noël passé (vous vous souvenez, Noël, la naissance de Jésus) pour voir en chaque vapeur de la Bouilloire un moment d’amour et d’éternité même quand la technique la contrarie parce que, c’est connu, chez notre Cocotte, ce qui se cache sous le Couvercle n’est jamais si secret autant que le contenu de la Cassolette ne l’intéresse pas si souvent.
On résume. Jésus, Rosalie, Jo, son amie albinos, ses internautes, les gentilles dames de la paroisse et son bonheur n’a pas besoin d’une fève pour que la couronne se retrouve sur sa tête. Notre Cocotte serait-elle une reine ? Pas moins.
À plus !

Information publiée le dimanche 4 janvier 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.