Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 3e dimanche de l’Avent



[La Cocotte enchantée] 3e dimanche de l'AventVous croyez en l’amour ? Vous n’avez guère le choix si vous souhaitez suivre les aventures de la Cocotte enchantée en ces temps où la joie cherche son avènement en grande surface. Oui, de l’amour, il en faut pour luter contre la grippe après avoir lutté contre l’insupportable frivolité de la chair. Si vous manquez d’assurance et de modèle, nous ne pouvons que vous suggérer de suivre la voie tracée par Rosalie, messie de l’amour, celui qui connaît l’absoute et les plantes médicinales. Entendez-la chanter :

« L’esprit du Che est sur moi
« parce que le marxisme m’a consacrée par la révolution.
« Il m’a envoyée annoncer la bonne nouvelle aux humbles,
« guérir ceux qui ont le cœur brisé,
« proclamer aux captifs leur délivrance,
« aux prisonniers leur libération,
« proclamer une année de bienfaits accordée par les luttes.
 » (Is 61, 1-2a.10-11, revisité.)

Elle est cheguevariste, Rosalie ? Elle est surtout très amoureuse de la Cocotte au point de transformer le chant liturgique en parole révolutionnaire (ce qui n’est pas si compliqué) et mettre le pardon au cœur de son action amoureuse. On en dira ce que l’on peut mais ce n’est pas si fréquent, surtout quand la grippe s’en mêle et que la preuve est reportée d’autant. À moins que la fièvre ne soit justement la main de Dieu sur les fesses repentantes de la Cocotte ? Cela rougit l’épiderme pareil, en tout cas. Quant au cœur… Il pompe, il pompe, le cœur, et la vie s’en réjouit jusqu’à nous porter à l’amour.
On y revient, forcément, dans un mouvement aussi perpétuel que le mécanisme d’une machine à coudre. L’amour, celui qui sort notre Cocotte bouillante du Fait-tout et la porte quelques jours plus tard, sur le fil empathique de tous vos commentaires, à renaître encore vaporeuse dans le Robot-cuiseur avant de savourer un Plat de sororité si joliment assorti.
Notre Cocotte est donc sauve, Rosalie l’aime, ses internautes la soutiennent, son amie albinos les rassure, les sœurs la sortent de la faillite et Jo apprend le cha-cha-cha. Ah bon ? Pourquoi pas. C’est aussi cela, la magie de Noël !

À plus !

Information publiée le dimanche 14 décembre 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.