Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 27e dimanche du temps ordinaire



Il est question de vignes, ce matin, dans les églises de France ; peut-être est-ce un pied de nez aux cache-sexes qui sont en train de rater la messe entre la porte Dauphine et Montparnasse ? C’est un peu tiré par les cheveux, tout de même, sans doute parce que l’on n’a jamais aimé le vin, ni de messe, ni baptisé. Une hérésie de plus. On ne les compte plus. La Cocotte enchantée, elle, est moins rétive au breuvage, ce d’autant que la vendange est faite et que le moût se foule à pied nu. Ah ! quelle sensation charnelle, cette pulpe sucrée qui remonte jusqu’à l’intérieur des cuisses et… et…
Lisons la lettre de Saint-Paul apôtre aux Philippiens qui à la bonté de ne pas nous parler d’éthyle histoire de nous adoucir un peu les sens.

« Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous. » (Ph 4, 6-9)

Peine perdue ! Après une altercation remarquée (et remarquable !) avec une militante de la MPT adepte de la cuisson au Four du (filet) mignon, la Cocotte enchantée n’a pas repris ses esprits et a définitivement sombré dans la luxure d’un Moule bien beurré, comme pour dire à Saint-Paul que la chair et son plaisir sont une vertu comme une autre, une qui mérite des éloges à l’instar de ce qui infuse avec passion dans la Tisanière, oui ! la Cocotte met en pratique tout ce qu’elle a appris, reçu, vu, entendu, et l’amour de Dieu est avec elle !
L’amour de Dieu ou celui de Rosalie ? On ne saurait trancher, tant Dieu la veille comme de bonnes patates au sel dans l’Autocuiseur et ne peut donc ignorer l’issue. Il n’a rien fait pour l’empêcher, l’accréditant, à coup sûr, permettant même à la Cocotte d’honorer la mémoire de madame Simone dont on peut lire la bénédiction dans le marc de la Cafetière. Dieu est donc avec elle et Rosalie aussi. Ça en fait du monde dans la même lie, surtout si l’on compte Jo et Jésus, les deux mamelles de sa conscience.
Qu’importe ! Quand le vin est tiré, il faut le boire ; n’est-il point ?
À plus !

Information publiée le dimanche 5 octobre 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.