Blogue — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] 20e dimanche du temps ordinaire



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] 20e dimanche du temps ordinaireQuoi de mieux qu’une bonne fête de l’Assomption pour nous secouer le cocotier et nous réchauffer le cœur en ces frimas qui donnent au ciel des airs de Toussaint ? Ah ! Marie, mère de Jésus, mère courage et si peu femme qui a tout enduré et n’a pas eu tant de reconnaissance de la part de son fils. Il a été assez dur, finalement, ce prophète-là, avec ses parents physiques. Souvenons-nous que déjà, enfant, quand il est resté trois jours au temple pendant que Marie et Joseph se faisaient un sang d’encre, il est revenu en disant à Joseph que son Père, c’était Dieu (sous-entendu pas lui).
Et voilà qu’il recommence avec Marie, si l’on en croit Saint Luc, bien sûr :

« Comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t’a porté dans ses entrailles, et qui t’a nourri de son lait ! »
« Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »
[Lc 1, 19]

Si ce n’est pas renier sa mère, ça, on se demande ce que c’est ! Il faudrait sans doute livrer ce texte à un lacanien pour en tirer la substantifique moelle, à la fois se réjouir pour Jésus qu’il ait pu ainsi « tuer la mère » « au nom du père » tout en s’interrogeant sur la place de Gabriel dans ce reniement autant que la toute-puissance qu’il exprime. Voilà une belle thèse qui, heureusement (ou pas), échappe à la Cocotte enchantée dont on sait qu’elle considère la psychanalyse comme des Écritures à deux balles.
Lacan s’en remettra, quant à elle… C’est une autre histoire ! Au moins, elle mitonne en sa Terrine un petit pâté sans trop d’épices mariales toute concentrée qu’elle est sur ce Couvercle qu’il lui faut soulever si elle veut pouvoir savourer les bienfaits de l’amour qui s’annoncent, douce vapeur, au sortir de sa Bouilloire. Cela ne l’empêche pas de s’accrocher, entre deux, au manche de sa Crêpière pour estourbir les mécréants en même temps qu’elle se gausse en Cassolette des militants anti-bourgeois. Ah ! sacrée Cocotte. Toujours là où on l’attend, ou presque.
Et Rosalie alors, on l’attend aussi ! Viendra ? Viendra pas ? Ô Marie ! pour cette fois. Si tu entends le désir de ces deux-là, promis, on ira à Saint-Gervais papoter révolution prolétarienne avec toi.
À plus !

Information publiée le dimanche 17 août 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.