Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] — 18e dimanche du temps ordinaire



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] — 18e dimanche du temps ordinaireLe temps liturgique ne nous donne pas d’émotion particulière avec ces semaines du temps ordinaire qui se suivent et se ressemblent un peu. Pas si sûr, en fait, tant les Écritures nous apportent chaque jour des textes qui peuvent nous inspirer quelques réflexions particulières. Ce dimanche, par exemple, il est question de nourriture, un sujet si cher à la Cocotte enchantée ! Il y a d’abord Jésus qui « prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. » (Mt 14, 13-21) Il y a aussi « Dieu [qui] nourrit son peuple » avec cette remarque « Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? » (Is 55, 1-3)
Que d’agapes en perspective ! Oh ! pas de quoi se remplir l’estomac, bien sûr, mais quel festin pour l’âme. Imaginez. Dieu et son Jésus nous nourrissent autant que notre faim et notre soif d’amour l’exigent sans que l’on ne dépense le moindre sou. Quand on voit le prix du café en terrasse et le peu de consistances d’un plat en restauration standard, tout ce qui nourrit gratis vaut le détour ! L’amour serait-il gratuit ? Oh ! ne nous y trompons pas ; s’il est gratuit dans son objet, il ne l’est certes pas dans sa mise en œuvre. Son prix ? La foi, sans doute. La joie, si l’on préfère. Et cela s’évalue comment, ces choses-là ?
Voilà que de la nourriture du cœur et de l’âme, on arrive directement sur le prix des choses. Ce doit être là affaire de valeurs, celles défendues par la Cocotte enchantée, bien sûr, même si sa Bassine à confiture recèle cette semaine une tradition un peu éloignée de son histoire personnelle. Il faut dire que ce qui cuit dans le Moule sent bon l’essence de fille, même quand le Couvercle tente de masquer l’effluve. Mais revenons aux valeurs, au prix et à la nourriture ; il faut bien à la Cocotte un Couscoussier pour que tout cuise en même temps, ou une Marmite selon que l’on défende les poules ou les grenouilles.
La Cocotte pratiquerait-elle la multiplication des poules et des grenouilles ? On se nourrit comme on peut !
À plus !

Information publiée le dimanche 3 août 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.