Blog — La Cocotte enchantée

[La Cocotte enchantée] — 7e dimanche de Pâques



Cy Jung — [La Cocotte enchantée] — 7e dimanche de PâquesOn lit aujourd’hui dans les églises le Livre des Actes des apôtres qui nous raconte comment « les disciples [sont] réunis dans la prière après l’Ascension ». Car oui, Jésus est monté au Ciel, quarante jours après sa résurrection, comme pour nous inviter à sortir, par notre propre résurrection, du marasme dans lequel nous sommes plongés. C’est une métaphore, bien sûr, considérant que nous avons déjà passé beaucoup plus de temps que le Christ sur la croix, cloué dans l’immobilisme par une classe politique qui ne sait plus nous faire rêver.
Mais comment ressusciter sans être morts au préalable, car nous sommes sur la croix comme au spectacle, loin quand même de rendre l’âme et venir au tombeau ? Il serait peut-être utile de poser la question autrement et de s’interroger sur le fait de savoir si nous sommes vivants. Peut-être pourrions-nous suivre le chemin de la Cocotte enchantée qui dévore la vie avec le même appétit que ses assiettes ? Elle ignore où elle va, la Cocotte, mais elle a le grand mérite d’y aller, l’aiguille toujours vivace, allant même jusqu’à nous abandonner (et Jo le canari avec) au fond de sa Sauteuse pour rejoindre son stage de boutis.
Elle est partie… puis revenue. Ne nous faut-il pas céder à un tel signe, quarante jours après Pâques ? Elle est partie, après une courte semaine apéritive où elle a confectionné dans sa Terrine un pâté digne de celui que Titus Andronicus fit manger à Tamora, pâté qu’elle fait glisser sans scrupules avec un philtre préparé dans sa Tisanière. Pauvre bobo qui semble succomber à ses charmes ! Ses charmes ? On fait référence là à ses coups de Crêpière contre l’obscurantisme russe et ses si particulières tambouilles électorales qu’elle mitonne dans son Chaudron. Il y a aussi son inégalable talent à passer au Barbecue les errements de la droite parlementaire comme celui d’envoyer au Diable son vicaire qui manque sérieusement d’éthique.
Et le plus surprenant, dans cette affaire, c’est que la Cocotte elle-même reçoit des signes qu’elle lit dans le calcaire (voire le calvaire) de sa Bouilloire dès le lendemain de l’Ascension, validant l’hypothèse que c’est bien elle qu’il nous faut suivre. A-t-on vraiment le choix ? Suivons !
À plus !

Information publiée le dimanche 1er juin 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable





Chronique précédente / Chronique suivante
Retour à toutes les chroniques



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.