D’un jour à l’autre

Engagez-vous… Rengagez-vous !



Cy Jung — Engagez-vous… Rengagez-vous !

Cette rengaine des légionnaires romans d’Astérix face à l’adversité aurait-elle un rapport avec mes entraînements de judo ? Il est vrai que ces derniers ressemblent parfois au parcours du combattant, rangers en moins, sourire en plus. Ils ne font donc pas resurgir mon antimilitarisme notoire et, si je prends ce titre pour ce nouvel éditorial, c’est une manière de me couler dans la campagne présidentielle, et la législative à suivre, d’y mettre un grain de sel qui sent la sueur et… Mais non ! On peut s’engager sans transpirer et transpirer sans s’engager.
De quoi alors, s’agit-il ?
D’abord de rappeler que voter est un devoir, en plus d’être un droit, devoir et droit acquis de haute lutte par des générations de militantes et militants républicains, et que ne pas voter est, à mon sens, un sacrilège. S’abstenir, c’est renoncer à être un citoyen, c’est s’exclure de la communauté nationale, c’est considérer qu’il n’existe pas d’intérêt général. C’est laisser la porte ouverte à toutes les dérives totalitaires car le jour où le peuple ne vote plus, il abandonne sa souveraineté à qui veut bien la prendre ; et ce sont rarement les démocrates qui s’en emparent.
Oh ! bien sûr, d’aucuns vont dire que le choix proposé ne leur convient pas ; d’autres qu’ils ne veulent pas participer au « système », de quelque manière que ce soit. Je remarque pourtant que les seconds paient des impôts et bénéficient de l’action publique — à l’exception, bien sûr, des quelques ermites chevelus qui ont brûlé leur carte Vitale et conservé leur carte Premier — ; et que les seconds peuvent voter blanc, ou s’engager dans un parti pour participer à la désignation des candidats, à la définition des lignes politiques, voire se présenter en personne… N’est-on pas, justement, jamais mieux servi que par soi-même ?
Allez ! j’avoue. Je supporte de moins en moins les « râleurs » qui savent toujours mieux que les autres ce qu’il faudrait faire afin que « ça change » sans lever le petit doigt pour qu’au moins, dans leur entourage immédiat, le monde soit meilleur, ou plus ressemblant à leur idéal. Je ne supporte plus celles et ceux qui ne participent pas, qui ne s’engagent pas, arguant de l’incapacité des « politiques » à agir alors qu’eux-mêmes font chaque jour la preuve de leur impuissance à être acteur de leur propre vie.
Car s’engager, ce n’est pas une question de temps, ni d’argent, ni de compétence. S’engager, c’est bien décider d’agir sur la vie, sa vie, faire des choix, d’abord, s’indigner, ensuite, et ne pas se taire, enfin. On ne peut bien sûr épouser tous les combats, porter toutes les revendications. Et s’il y avait autant de monde dans la rue que dans les stades, si les partis, les syndicats, les associations avaient autant de militants que le film du dimanche soir, si toute l’énergie dépensée à dire que « ça va mal » et que les autres sont des incompétents était utilisée pour construire, penser, agir, prendre ses responsabilités… Vous imaginez comme le monde, justement, changerait ?
Dans quel sens, d’ailleurs, changerait-il ? Je l’ignore et mon propos n’est pas d’infléchir les votes, ni de dire quelle cause serait à défendre. Il est de vous inviter à ne pas manquer les prochaines échéances électorales, les 22 avril et 6 mai 2012 pour la présidentielle, les 10 et 17 juin 2012 pour les législatives à suivre. Si vous n’y êtes pas, le vote par procuration est fait pour vous. Et d’ici là, maintenant, pendant, après, je vous invite à regarder ce monde qui est à changer et à trouver ce que vous pouvez faire, ce que vous savez faire, ce que vous aimez faire… Regardez des matchs de foot ? Pourquoi pas finalement, l’homophobie est si forte dans les stades qu’il doit bien avoir moyen d’être un spectateur… engagé !
Je vous donne pour ma part des rendez-vous réguliers à quelques-uns de mes engagements et alimente ma nouvelle page Facebook de petits clins d’œil, en plus de l’actualité de mes sites et blogs, avec une mention particulière pour La vie en Hétéronomie où d’engagement, il est toujours question.
À bientôt donc, ici ou sur la prochaine barricade ! Votez ! Ou taisez-vous, à jamais.

Cy Jung, 22 mars 2012

Lire les éditos précédents.

Information publiée le jeudi 22 mars 2012.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.