D’un jour à l’autre

Un Grenelle pour quoi faire ?



Cy Jung — La gueule ouverte

La réunion du Grenelle de l’environnement pourrait-elle me réconcilier avec ce président de la République connu pour avoir été le candidat aux propositions les moins disantes en matière d’écologie ? Pas si sûr…
Je m’interroge d’abord sur cette référence explicite aux Accords de Grenelle (27 mai 1968) de la part d’un homme si prompt à vouloir faire table rase d’une certaine histoire militante : ce choix de l’intitulé est-il une manière de faire venir à ces négociations ces héritiers de mai 68 encore au cœur des luttes environnementales ou est-ce un moyen de leur rappeler qu’après toute tentative révolutionnaire — la Révolution écologique, par exemple —, l’ordre bourgeois finit toujours par régner ?
Je suis tentée par la seconde proposition — même s’il y a un peu de la première — tant justement, ce Grenelle de l’environnement, n’a pas vocation à lutter contre cet ordre fondé sur le profit capitalistique. Il me paraît en effet impossible d’agir à long terme pour la préservation de notre environnement sans remettre en cause notre modèle d’organisation et de développement assis sur l’exploitation caractérisée des humains et des ressources naturelles, un modèle qui ne peut fonctionner que par l’acceptation par tous de la violence comme mode de relation.
Alors, bien sûr, des mesures seront prises. Un peu, beaucoup ? Qu’importe ! Toutes ces mesures ne seront rien d’autre qu’un catalogue destiné à panser les plaies les plus apparentes voire à masquer le fond du problème : c’est dans notre manière de penser le monde, son organisation économique et sociale, ses valeurs de développement et de fonctionnement que se trouve notre rapport à l’environnement. D’aucuns disaient des Accords de Grenelle qu’ils étaient le symbole de la démission syndicale face au Grand Capital et à l’ordre bourgeois. Je gage que ce Grenelle-là ne devienne pas celui de notre renoncement à l’écologie politique et à la révolution qui va avec.

Cy Jung, 4 octobre 2007

Merci à Grégoire Cicciu pour cette une de la Gueule ouverte, le journal qui annonçait la fin du monde !

Lire les éditos précédents.

Information publiée le jeudi 4 octobre 2007.

Version imprimable de cet article Version imprimable



Article précédent / Article suivant
Retour à tous les articles



Les vingt derniers articles publiés sur le site de Cy Jung sont ici





Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.